La bande-annonce de Rock’n Roll, le nouveau film de Guillaume Canet, m’avait intrigué. Ancien petit prince du cinéma français et réalisateur césarisé avec Ne le dis à personne, Guillaume a au- jourd’hui 43 ans. Et il est has been. Les jeunes lui reprochent de ne pas être « rock’n roll ». Canet joue son propre rôle et on aurait pu s’attendre à un film original, doux-amer et plein d’autodérision sur la peur de vieillir et la célébrité.

« UN EGO TRIP DE DEUX HEURES »

On se retrouve devant un ego trip de deux heures qui violente le spectateur par sa médiocrité. Le Guillaume que Canet nous présente pendant tout le film est un pleurnichard lâche et égoïste auquel on ne croit pas un seul instant. Pourquoi se mettre en scène si ce n’est pas pour se dévoiler ? Néan- moins, quelques scènes et situations drôles et originales parsèment le film. Manque de bol, elles sont étirées et répétées jusqu’à la nausée. La bande-annonce nous vend un twist final à en hurler de surprise. On hurle finalement d’horreur quand on voit le film avancer lamentablement vers sa conclusion. Une scène mêlant Céline Dion et Marion Cotillard justifierait peut-être même l’effort d’une recherche google, sûrement déjà sur la chaîne Youtube de Malaise TV.

UNE IMAGE CATASTROPHIQUE POUR LE CINEMA FRANCAIS

Enfin, le film est également détestable dans l’image qu’il nous donne du cinéma français. Pour avoir la possibilité de réaliser un film il suffit d’avoir les bons amis, un reste de notoriété et des sous à investir en marketing.

En tous points affligeant.

 

Black Mamba

Publicités