Comment, en à peine une heure, ce petit film d’animation a-t-il réussi à : m’arracher quelques sourires, me prendre d’affection pour les personnages, et être ému par leur sort, à moi qui ai une phobie maladive des enfants ?

Icare est élevé seul par sa mère, alcoolique et TV-addict, qui le surnomme « Courgette ». A la suite d’un accident domestique provoqué par Courgette, elle monte au ciel, laissant le petit garçon seul à son compte. Il se retrouve dans un orphelinat où chaque enfant a un passé trouble et va tenter de s’en sortir aidé par des adultes extrêmement bienveillants.

Ma vie de Courgette est un petit film : il dure 1h06, il a été financé grâce à une multitude de producteurs et il met en scène des enfants qui sont de petites poupées en pâte à modeler. Mais ce sont tous ces éléments qui font de Ma vie de courgette un chef d’œuvre. A l’image de ses personnages, le film ne se décourage pas face aux épreuves de la vie et montre qu’au contraire ce sont les plus petits qui peuvent être les plus valeureux. Il aura fallu plus de 2 ans de travail et des centaines de techniciens et d’artisans pour animer intégralement en stop-motion ce film. Il montre également qu’il est encore possible de faire un grand film d’animation sans qu’il contienne un double-discours pour les adultes. Ma vie de Courgette est un film pour TOUS.

Le Délateur

Publicités