« Marlon… Let your mind drift back, way back in time, to a time when you were very young… ».
Marlon Brando. Acteur mythique, sex-symbol, monstre sacré, qui n’a jamais cessé de fasciner, d’envoûter, d’influencer depuis sa révélation dans Un tramway nommé Désir en 1951. Beaucoup ont voulu percer le mystère Brando, savoir ce qui se cachait sous cette figure d’acteur polymorphe par excellence. C’est désormais possible, grâce à une psychanalyse minutieuse, menée par… Marlon Brando lui-même.
MARLON RACONTE BRANDO
Durant toute sa vie, Brando a enregistré des centaines et des centaines de films audio privés, qui lui servaient de journal intime, de support d’analyse et d’auto-hypnose, et Listen to Me Marlon révèle ces trésors au grand jour. En recoupant les différents enregistrements avec les images de sa vie, de ses films, ses interviews, ses films de famille, on se retrouve embarqué dans le voyage d’une existence riche, mouvementée, bouleversante, bercé par la voix étrange de Marlon, haut-perchée, feulante, féline.
Tout y passe, et Brando ne s’épargne rien, en jetant un regard attendri mais impitoyable sur ce qu’a été sa vie, et sur ce qui a formé ce qu’il est bien obligé d’appeler sa personne. L’enfance, source de tout, entre deux parents alcooliques, une mère poétique et un père violent, qui a installé en lui la nécessité du jeu d’acteur : lorsque l’on ne reçoit pas d’amour pour ce que l’on est, on doit, pour survivre, tenter de devenir quelqu’un d’autre. Son arrivée à New York, et sa rencontre avec son mentor, Stella Arder, qui va lui enseigner le « method acting » dont tout acteur hollywoodien se réclame aujourd’hui. Sa gloire soudaine, son aura mythique, ses nombreuses conquêtes féminines, sa célébrité rapidement oppressante, ses relations houleuses avec les studios, jusqu’à l’explosion décisive sur le tournage des Révoltés du Bounty en 1962… C’est à l’occasion de ce tournage qu’il va découvrir, subjugué, Tahiti, qui demeurera pour le reste de sa vie le symbole du Paradis perdu, profondément ému par la beauté des paysages, la chaleur et la simplicité de ses habitants. De cet Eden, il gagnera un mariage, avec l’actrice Tarita, et deux enfants, Teihotu et Cheyenne : une petite vie de famille qu’il doit pourtant quitter avec déchirement pour retourner à une industrie hollywoodienne qui se méfie de lui, et jouer des rôles purement alimentaires et sans passion.
listen-to-me-marlon-1
LE CRÉPUSCULE D’UNE IDOLE
Sans gâcher le plaisir en révélant l’intégralité de sa vie, on peut pourtant dire que le crépuscule de l’existence de Marlon Brando est marqué, au-delà de rôles mythiques (Le Parrain, Last Tango in Paris, Apocalypse Now…), par les drames et les blessures psychologiques profondes, sur lesquelles l’acteur revient sans concession. On s’étonne d’ailleurs de l’incroyable recul que Brando peut avoir sur lui-même, révélant au passage, précisément, ce que signifie « être acteur », comment puiser dans l’émotion de sa vie pour créer un rôle à l’écran. Ses engagements politiques, dans le mouvement des Civil Rights aux côtés de Martin Luther King Jr., ou auprès des Native Americans , révèlent également une part de lui-même rare chez les stars de l’époque, altruiste, militante, révoltée. A mesure que l’ancien sex-symbol sombre dans la décrépitude physique, trouvant refuge dans la nourriture, devenu obèse, la voix de cet homme cassé, que l’on imagine enfermé chez lui, revenant sans nostalgie ni amertume sur son passé, nous bouleverse : on se retrouve rapidement submergé par l’émotion, jusqu’à l’extinction finale, silencieuse, de cette bougie consommée qui a autrefois brillé d’un éclat sans pareil. Un condensé brut, sans équivoque, d’une vie entière, la vie d’une magnifique, magnifique personne.
Dess
Publicités