UN MUSICAL COULEUR BONBON

En regardant La La Land, le nouveau film de Damien Chazelle, après avoir adoré Whiplash, je me suis demandé comment le film avait été réalisé et s’il aura du succès en France malgré le fait que c’est une comédie musicale. Tout le long, le playback des acteurs m’a sauté aux yeux, mais tant pis, la première scène est extraordinaire et un grand sourire s’est greffé à mon visage sans jamais me quitter ! La forme, l’accent mis sur les costumes couleur bonbon rappellent autant les M&M’s que les personnages de Jacques Demy. 

UNE CONTE DE FEE POUR ADULTES

La La Land est un conte de fées pour adultes, hommes comme femmes. On s’attache rapidement à Sebastian (Ryan Gosling), ambitieux pianiste Jazz et Mia (Emma Stone), qui se veut actrice. Seb et Mia mettent du temps à se parler, ils se croisent, s’insultent, se séparent et se retrouvent enfin, pour une démonstration de claquettes devant l’observatoire de Griffith à Los Angeles.  
la-la-land

L’EPIQUE THEATRALE ET COMIQUE DU CINEMA

On aime ces scènes hors du temps – et de l’espace – qui nous transportent le temps de 5 minutes, hors de notre quotidien, accompagnées par une musique interprétée, et parfois même composée par Ryan Gosling lui-même. C’est dans les mots de Chazelle, l’« épique théâtral et comique » du cinéma. Les Musicals sont pour les idéalistes, ce qui leur plaît notamment, c’est de voir des acteurs au demeurant banaux devenir extraordinaires à l’écran, emportés par leur corps et la musique.  Et ça marche d’autant plus avec Ryan Gosling et Emma Stone, déjà complices dans Crazy Stupid Love.
 
A se demander quand même si le gap entre un classique à la bande son mythique du type Pulp Fiction et un musical est encore trop grand pour les amoureux du cinéma, qui par cynisme et orgueil personnel, refuseraient de se laisser transcender par La La Land, aussi merveilleux soit-il.  
His Dudeness
Publicités