L’HISTOIRE

Après Une séparation (Ours d’Or de Berlin en 2011) et Le Passé , Asghar Farhadi retrouve l’Iran pour réaliser son meilleur film. Emad et Rana forment un beau couple mais leur immeuble s’effondre et ils sont contraints d’emménager dans un appartement anciennement occupé par une prostituée. Malheureusement, le couple doit attendre l’agression de Rana par un Client de l’ex-locataire pour se rendre compte de la malédiction du lieu. S’en suit un besoin de revanche insatiable de la part du mari, prêt à ruiner son couple pour sauver son honneur, et se faire juge et bourreau de l’agresseur. L’histoire est mise en parallèle avec une adaptation iranienne de La mort d’un commis voyageur (Death of a Salesman) d’Arthur Miller dans laquelle joue le couple – et oui, pas facile de comprendre pourquoi les titres anglais et français sont si antithétiques).

LA SCENE

Une scène est particulièrement marquante et a attiré notre attention. Au contraire d’Hitchcock qui filmait (presque) directement la scène d’agression sous la douche, lui utilise l’ellipse pour contourner les contraintes du jeu avec la censure et suggérer un moment inhabituel, sans qu’on puisse s’en rendre compte au premier instant. Le spectateur ne voit que cette magnifique image de la porte qui s’entrouvre lentement, apparaissant comme un moment en slow motion impromptu au milieu d’un enchaînement rapide, mais non moins logique, d’événements routiniers du couple. Dans un décor délabré, à travers un couple qui se détache, la représentation d’une pièce dans laquelle une actrice est obligée d’être vêtue de la tête aux pieds pour jouer une femme supposée nue, Asghar Farhadi dépeint de manière exceptionnelle une société iranienne hypocrite, violente, mais que l’on aimerait découvrir davantage !

LES PRIX

Le Client est récompensé par le prix du meilleur scénario et le prix d’interprétation masculine (Shahab Hosseini), c’est pourtant très rare qu’un film décroche deux prix. Ce n’est sûrement pas suffisant, ce film est à voir absolument, c’est ma palme d’or.

His dudeness

Publicités