Attention, film complètement loufoque en approche ! Rien d’étonnant si cette nouvelle comédie de Hans Petter Moland figure dans la liste des films en compétition à la 64ème édition de la Berlinale : ce réalisateur reconnu en Norvège pour son humour décalé signe là une véritable petite bombe ! Bien que le titre international du film, In Order of Disappearance, reste assez laconique, le titre original Kraftidioten (traduction possible : « sacrés abrutis ! ») est plus ironique et donne une meilleure idée de l’ambiance du film qui se situe entre l’humour absurde des Frère Coen et l’univers de Tarantino.

Pourtant, le scénario reste simple sans présenter de réelle finesse. Conducteur de chasse-neige, Nils est un homme introverti qui mène une petite vie paisible. Au moment même où il est nommé « citoyen de l’année » pour son travail, il apprend que son fils est mort d’une overdose. Refusant de croire cette version, il va secrètement mener l’enquête, devenant un héros des bas-fonds en quête de vengeance et de justice. Dit ainsi, ce scénario semble plat et ce n’est donc pas dans le scénario que réside toute la subtilité de cette comédie sombre.

Dès les premières minutes, un humour noir complètement décalé surprend le spectateur alors même que l’ambiance de départ était plutôt sombre et glaciale. L’ironie apporte alors une nouvelle profondeur au film norvégien à l’image de cette scène où Nils vient voir son fils défunt à la morgue mais le médecin peine à rehausser le corps du jeune homme couché sur la table. Pendant plusieurs minutes, le spectateur ne sait quoi penser entre la gravité ou bien le ridicule de cette situation. Beaucoup trouveront cela complètement absurde au premier abord car il faut attendre encore quelques minutes pour comprendre que ce film regorge d’humour noir et de tension à prendre au second degré.

C’est alors que la magie opère et qu’un nouveau film parodique commence où le spectateur peut se régaler d’un long jeu de massacre dans le froid norvégien teinté d’humour noir et de mauvais esprit. Ainsi la simplicité du scénario en fait toute son efficacité car le réalisateur ne met pas l’accent sur l’histoire mais bien sur le ridicule des situations et des personnages que va rencontrer Nils, notamment la mafia serbe dont on apprend dès le début qu’elle est responsable du meurtre de son fils.

Tous les personnages sont finement travaillés avec une psychologie souvent paradoxale, entre sérieux et ridicule. De plus, la performance des acteurs est excellente. Le sérieux de Nils joué par Stellan Skarsgård, l’acteur fétiche de Hans Petter Moland, tranche avec ces « sacrés idiots » à l’image du chef de la mafia serbe, interprété par le très bon Pål Sverre Hagen, qui se la joue caïd la plupart du temps mais n’arrive pas à s’imposer face à son ex-femme au sujet de la garde de leur fils. Beaucoup de scènes sont très drôles et contrastent parfaitement avec le fait que Nils, tout seul, arrive à éliminer ces pseudo-gangsters aux surnoms ridicules alors qu’il ne connait rien de ce milieu. De même, les dialogues sont bien écrits, drôles et dynamiques avec de nombreuses références à l’actualité complètement détournées. Enfin, ce film est aussi l’occasion d’admirer de somptueux paysages de glace qui contribue à renforcer l’atmosphère sombre de la parodie.

En toile de fond, Hans Petter Moland essaie de dresser le portrait d’une société civilisée qui n’en a que le nom. Le modèle norvégien, érigé ici en drapeau face à la barbarie et la médiocrité des mafias venant des pays du sud, sera bientôt noyé dans un bain de sang. Si le discours n’est finalement pas très profond, Kraftidioten s’avère être une farce très efficace dont on peut regretter l’absence de récompense à la Berlinale.

Kiki

etoiles-2etoiles-2etoiles-2etoilesetoiles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s